Les nouveautés du CDI (pêle-mêle et dans le plus complet désordre)

Quand y’en a plus y’en a encore !

Vendredi 8 octobre 2021

Quatorze entretiens imaginaires avec des femmes de science de toutes les époques pour démontrer que la recherche scientifique, quelque soit le domaine, n’est pas que l’affaire des bonshommes !
Ouais, quatorze, ça fait pas beaucoup quand même hein ? C’est encore nous les cadors ! Signé : El Macho maigrichon…

Mardi 5 octobre 2021

Une meute, vous savez ce que c’est ? Une bande d’animaux, généralement sauvages, des chiens abandonnés, des loups. Cela existe aussi chez les humains, malheureusement… Chaque individu qui compose la meute peut se montrer par ailleurs parfaitement civilisé et respectueux des autres. Mais en meute, parce que l’union fait la force, parce que nous nous sentons portés par elle, il arrive que nous lâchions la bride à nos instincts les moins glorieux…Donc, voici Léa, nouvelle élève, nouveau collège. Parmi ses profs, un type un peu étrange que les autres ont choisi de persécuter sur les réseaux sociaux. Léa doit choisir entre la compassion et la cruauté, entre prendre la défense de son professeur et s’aliéner ses camarades de classe, ou participer à la curée et gagner son ticket d’entrée dans le groupe… La meute.
Ce livre fait partie d’une petite sélection de romans courts intitulée Des bouquins pour les ados qui n’aiment pas lire… mais doivent le faire quand même !

Trois enfants prodiges des arts martiaux se retrouvent projetés dans le Japon du 16e siècle. Ca vise les petits mecs et les fans de manga, mais les autres ont le droit de le lire aussi !

*

Une poignée de nouveautés côté oeuvres de fiction et un documentaire en prime…

Lundi 4 octobre 2021

On vit une époque qui aime bien le gigantisme, le monumental, les trucs qui s’étalent et t’en mettent plein la vue. Le street art n’échappe pas à cette règle qui veut que plus c’est grand, plus c’est classe. Est-ce si sûr ? Ce livre s’inscrit en faux à ma petite théorie en nous présentant 50 adeptes du street art tendance liliputienne et leurs créations xxs. Tant qu’on y est, rappelons aux (trop !) rares lecteurs de cette rubrique que nous possédons d’autres documentaires/portfolios consacrés au street art dont la liste est accessible en cliquant ici !

 

Des enfants… Dans le cadre idyllique d’un pensionnat de la campagne anglaise. Des orphelins dirait-on, évoluant sous l’oeil attentif et bienveillant des gardiens. Pourquoi sont-ils là ? Quel sort leur est réservé ? Kathy H., accompagnatrice auprès des donneurs se souvient de ces jours anciens avec tendresse. D’ailleurs, tout le livre baigne dans cette atmosphère de tendresse. Ces enfants plus tard adolescents, et plus tard encore, jeunes adultes, ils ont tant à donner…
Un roman d’anticipation à glacer le sang par Kazuo Ishiguro, écrivain anglo-japonais et prix Nobel de littérature…

 

Maya Angelou, écrivaine et militante au Mouvement des droits civiques, a écrit ce premier volume de son autobiographie qui lui a valu d’emblée une reconnaissance littéraire de grande ampleur en Amérique. Dans Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage, plongée dans le sud profond des Etats-Unis des années 30 et 40, elle revient sur ses années d’enfance et d’adolescence. C’est un livre dense et vivant, plein de rebondissements, d’émotions et d’humour face à l’adversité. Maya, jeune fille noire, vivant sous le joug d’une discrimination raciale implacable, cherche à s’émanciper. D’abord de la tutelle de la grand-mère qui l’a élevée, personnage à la fois sévère et bienveillant, mais aussi des limites imposées aux femmes et aux Noirs américains. Le chemin de la liberté est parsemé de nombreuses embûches. Maya cède parfois au désespoir, mais finit toujours par se redresser et faire front, en dépit des événement traumatisants qui ont chamboulé sa jeune existence. Point n’est besoin d’être une femme noire pour être ému et prendre plaisir à la lecture de ce livre. Une chose est sûre : qui sait lire et garder l’esprit ouvert en ressortira plus humain !

Lundi 27 septembre 2021

Classique et gentille histoire d’amitié entre deux êtres que leurs infirmités rapprochent, L’un obèse et timide, l’autre, née sans bras mais dotée d’une personnalité solaire et d’un moral à toute épreuve…

Dans la collection Flash fiction de chez Rageot, la collection préférée des dys, un nouveau polar pour faire des chouettes cauchemars où tu cavales dans la montagne poursuivi par des tueurs implacables armés de gros flingots !

Muriel Zürcher, qui a publié quelques nouvelles dans la presse jeunesse et est également l’auteur de deux autres romans disponibles au cdi nous livre un roman sur le thème du harcèlement scolaire : dès le premier jour de la rentrée, Ralph fait de Lana sa victime personnelle dans l’indifférence générale de ses camarades de classe et de ses amis qui préfèrent regarder ailleurs…

Vendredi 24 septembre 2021

Deux tomes de plus de la série Malenfer que mon petit doigt me dit que ça va être encore un truc à rallonges qui va occuper un max de place sur mes rayonnages déjà surpeuplés. Grand prix de la couverture la plus moche de l’année décerné à l’illustrateur Jérémie Fleury pour le tome 4 ! Oui, je sais, la critique est aisée, mais l’art est difficile

Arrivée fulgurante du deuxième tome de l’uchronie fantasy Vampyria… Victor Dixen, l’homme qui écrit plus vite que son ombre !

L’heure est venue sans doute de passer aux aveux : et non, je ne lis pas les bouquins présentés dans cette rubrique ! Imagine-t-on un pâtissier qui mangerait ses gâteaux, ou un barman qui boirait ses coktails ? Mais il arrive parfois qu’il soit difficile de causer d’un roman que l’on n’a pas lu !
C’est le cas pour celui-ci. Le titre du livre fait référence à celui d’une pièce du grand Shakespeare et il y est apparemment question de l’irruption d’un garçon plein de charme mais à la personnalité corrosive (toxique quoi !) dans la famille et l’existence d’une adolescente. Un roman sentimental dans lequel tout n’est pas rose apparemment. Sur Babelio, les critiques sont mitigées mais ceux qui aiment ne tarissent pas d’éloges ! Pour le reste, mystère et boules de gomme…

Sous la forme d’un journal intime, une jeune musulmane fait le récit d’une page particulièrement mouvementée et violente de l’histoire de l’Inde : celle de son indépendance en 1947 et de la partition entre ce pays et le Pakistan. Le journal de Nisha de Veera Hiranandani a reçu la médaille Newbery qui honore le meilleur livre jeunesse aux Etats-Unis nous dit la 4 de couve !

En provenance de la banlieue londonienne, Oz déménage dans le trou paumé de Ralenty (!). A peine arrivé, les catastrophes se succèdent. Oz s’attire les foudres de la terrifique Isobel Skinner, la psychopathe number one de son nouveau collège et provoque un accident qui envoie sa mère à l’hôpital… Une délicieuse friandise anglaise, acidulée et rigolote à consommer sans modération !

De la science-fiction post-apocalyptique et dystopique. Cléo, 13 ans, est née dans un monde où le contact direct avec les autres est interdit à partir de 10 ans. Dans la Belle Zone, tout est réglé pour éviter l’infection par le virus qui menace l’humanité et protéger les habitants des terribles incendies qui font rage partout au dehors de ce monde clos. Voilà le pitch ! Ca vous rappelle rien ?

*

Les affaires reprennent au cdi de la Ligne des Bambous après des vacances trop brèves à mon goût ! Plein de nouveautés à sortir des cartons, plein de nouveautés pour épanouir les esprits et faire briller les neurones en cette rentrée morose placée, encore et toujours, sous le signe du coronavirus…

Mardi 31 août 2021

Une Histoire de France, de la Préhistoire jusqu’aux années 50, en 47 pages et en plus, accessible aux dys-, c’est possible ! Nathan l’a fait dans sa collection Questions ? Réponses ?… Mais bon, mieux vaut ne pas s’en servir pour réviser ton brevet parce que le moins que l’on puisse dire, c’est que ça ne fait pas dans le détail !

 

Lundi 30 août 2021

Le tandem Fred Bernard / François Roca s’attaque à un mythe contemporain, celui du géant solitaire King Kong, tendre amoureux d’une jeune première, et qui finira, juché au sommet de l’Empire State Building, par périr sous les tirs d’une humanité cruelle et sans pitié.
Extrait (ma scène préférée dans le remake avec Jeff Bridges et Jessica Lange !) … Il se pencha doucement sur elle. Voici le moment qu’elle choisit pour ouvrir les yeux. Les villageoises, lorsqu’elles lui étaient sacrifiées, hurlaient et gigotaient comme des furies. Ann ne dit mot, ne bougea même pas, tandis qu’émanait d’elle cette délicate odeur qui ensorcelait Kong. Il défit ses liens. Sans la brusquer. Il la souleva doucement dans sa main. Et repartit délaissant les autres offrandes. Il n’avait d’attention que pour Ann. Pour ses cheveux blonds, son parfum et son regard vert.
Il n’avait jamais, jamais, jamais ressenti ça. Dès qu’il l’avait sentie de loin, Ann était devenue son obsession, et à présent, son bien le plus précieux…

Torride !

 

Vendredi 27 août

Trois nouvelles méthodes d’initiation viennent enrichir notre rayon consacré à l’apprentissage du dessin…

Jeudi 26 août

Pas bien gégé la couverture de ce docu BD consacré à Bob Marley… Mais une fois passé l’obstacle (c’est qui le mec sur la couvrante ?), cette biographie en bulles et en images consacrée au roi du reggae se laisse feuilleter. Plutôt sympa d’avoir choisi des dessinateurs aux styles très différents pour évoquer chaque étape de la vie de Marley. Bien aussi, les doubles pages plein-texte, Les rude boys de Trench Town, Tuff Gong à Nine Miles ou Bob Marley et La passion du foot

 

De la bande dessinée policière bien classique dans la lignée des Quatre de Baker Street si vous voyez ce que je veux dire : ambiance victorienne, fin du 19e siècle au Royaume-Uni, bas-fonds et sombres venelles, bars enfumés, truands, poivrots et un jeune détective en habit de bobbies

Mardi 24 août

Il arrive plus souvent qu’on ne le croit que les textes d’un livre d’art ne soient pas à la hauteur des oeuvres qu’il contient. Ce n’est pas le cas pour cette Histoire des images pour les enfants : au fil des reproductions et par le moyen d’un dialogue entre ses deux auteurs, l’historien d’art Martin Gayford et le grand peintre David Hockney, on se pose des questions sur l’utilité des images, la lumière et l’ombre, la représentation de l’espace, la photographie ou les images animées… On participe en tant que lecteur, à une conversation entre deux sages passionnés par leur sujet, et on a le sentiment, en refermant leur livre, d’avoir gagné en intelligence.

 

Mais que vaudrait un livre sur la mythologie dans les arts plastiques qui ne contiendrait ni La Naissance de Vénus de Botticelli ni Pysché ranimée par le baiser de l’Amour du sculpteur Canova ? Celui-ci les contient tous les deux et me voilà heureux !

 

Lundi 23 août

Du Japon aux dessins animés japonais (voir plus  bas !), il n’y a qu’un pas, que nous franchissons allègrement avec ce livre consacré aux séries niponnes. Ceux et celles qui sont curieux de connaître la génèse d’oeuvres qui figurent également au rayon manga de notre CDI comme One Piece, L’Attaque des Titans ou Kenshin le Vagabond le trouveront captivant. Leurs parents aussi car il contient plein d’infos sur les séries des années 80 style Goldorak, et des années 90 (Pokémon…).

Et on passe aux travaux pratiques !

 

Un bouquin intitulé Un monde sans plastique, on se dit oh la, ça sent le truc conçu direct pour te filer mauvaise conscience, qu’après ça tu rases les murs à chaque fois que tu sors ta poubelle jaune. Ben non finalement, pas trop. Evidemment, ça cause du phénomène des continents de plastique, et des animaux marins ou pas menacés d’extinction par la faute de ce matériau, mais ça propose aussi des solutions comme le triage, le recyclage, la réduction du suremballage ou de l’emballage inutile, le recours à des matériaux de substitution, etc…
On pourra juste regretter que, comme d’habitude, on fasse l’impasse sur la nécessité d’un engagement des Etats et des secteurs économiques et industriels concernés, en faisant reposer tout le poids de la responsabilité sur mes frêles épaules de consommateur. Déjà qu’il faut que je fasse gaffe à l’huile de palme, aux tourteaux de soja, aux insecticides systémiques, à toute une palanquée de gaz à effet de serre divers et variés, faut encore que je m’occupe de réduire ma consommation de plastoc ? Ca devient le casse-tête de faire les courses là ! M’enfin, ça se laisse lire !

Donner l’impression que ça bouge sur une image fixe, tel a été de tout temps le défi du peintre. Le mouvement dans l’art propose une galerie de peintres de toutes les époques et de toutes les écoles, qui ont réussi ce pari.

 

Vendredi 20 août

Enfin un guide de voyage illustré sur New York accessible aux enfants mais pas neuneu ! Le plein d’infos sur la grosse pomme, les New-Yorkais, leur vie, leurs moeurs, les endroits où faire du shopping, les spécialités culinaires, les endroits à visiter, etc, etc…

 

Dans la même veine que le précédent chez le même éditeur pour voyager au Japon via le bouquin si non pour de vrai ! Bourré de bons conseils et tuyaux sur les règles, les us et coutumes, la nourriture, la culture, patati patata, enfin quoi vous voyez le style !

*

 

Et voilà que juste avant les vacances, nous arrive une poignée d’ouvrages que vous ne pourrez malheureusement lire qu’à la rentrée du mois d’août…

Mardi 6 juillet

C’est du sérieux comme toujours chez l’éditeur Circonflexe avec ce livre consacré aux sociétés animales écrit par une éthologue (une spécialiste du comportement animal) qui s’appelle Agatha Liévin-Bazin. Et non, y’a pas que les fourmis et les abeilles qui vivent en société !

 

Un inventaire en photos légendées de la faune du monde entier (ça rime mais c’est pas fait exprès !) pour en prendre plein les mirettes d’animaux qui rampent, qui courent, qui volent ou qui nagent. On lira quand même au passage la courte préface du biologiste et vulgarisateur David Burnie, histoire de prendre conscience de la fragilité de toutes ces espèces :
… Si certaines espèces sont adaptées pour survivre dans le monde actuel, beaucoup d’autres, malheureusement, ne le sont pas : elles sont victimes de la chasse, de la pollution, de la déforestation et de changements dans leurs habitats à mesure que les humains occupent les endroits autrefois sauvages…

 

Un beau grand livre tout en dessins avec moult textes fort instructifs sur la faune et la flore de huit parcs nationaux prestigieux situés aux quatre coins de la planète. Rentre ni dans les cartables ni sur mes rayonnages tellement qu’il est haut, et en plus, cause même pas de la Réunion… Mais l’est bien quand même !

 

Lundi 5 juillet

De la bonne bande dessinée de science-fiction pour enfants, ça existe ! Amy vit dans une colonie minière de l’espace lointain, mais le jour où son père perd son emploi, toute la famille est obligée de retourner sur Terre. Amy dit au revoir à sa meilleure amie, monte à bord d’une fusée à destination de sa nouvelle maison, et prend place dans un cryotube où elle passera les trente prochaines années, figée dans un état d’animation suspendue… Naviguant au plus près de ses personnages, l’auteur, Stephen McCranie aborde des thèmes sensibles pour les pré-ados : la difficulté de s’adapter à un nouveau milieu, la question de savoir si l’amitié résistera à l’usure du temps qui passe, et sait aussi dépeindre une société de l’avenir baignant dans un totalitarisme bienveillant mais implacable où les destinées semblent programmées à l’avance.
En même temps, c’est une vraie histoire de S.-F. avec des extraterrestres, des trous noirs et des stations spatiales !

 

Voici l’histoire d’une jeune fille des années 90 un peu perdue entre l’enfance et l’adolescence, d’une phobie scolaire et d’une passion dévastatrice pour les Beatles nous dit la 4 de couve de ce roman graphique de Magali Le Huche. La couverture est un clin d’oeil à l’album Abbey Road et son titre fait référence à une chanson des Beatles intitulée Nowhere Man.
A part ça, qu’est-ce que vous voulez que je me décarcasse encore pour faire la promo de cette bande dessinée alors que son éditeur la fait si bien sur YouTube ?

 

En Provence, au coeur de l’été, Jeanne qui travaille auprès de ses parents, fait la rencontre d’un garçon révolté par le harcèlement qu’il subit au collège, et par l’incompréhension de ses parents…
Et c’est ManouB sur Babelio qui parle le mieux de ce roman sentimental d’Anne Cortey : C’est un livre tout en pudeur et en légèreté qui parle avec beaucoup de délicatesse et de justesse des révoltes adolescentes, des difficultés à exprimer ses ressentis et des premiers baisers…

 

Dans ce nouveau roman de Cassandra O’Donnell, une jeune fille dotée de pouvoirs paranormaux se voit contrainte d’intégrer L’Ecole des Enfants Spéciaux, une institution peuplée de monstres et de démons, comme de bien entendu ! Esprit d’Harry Popote, es-tu là ?

 

Evidemment les enfants, si vous ne connaissez pas le sens de l’expression avoir la bosse des maths, vous allez passer complètement à côté du titre de ce court roman ! Dans la famille d’Abel, tout le monde l’a, cette fameuse bosse… Sauf lui, dont la maman vient de recevoir la plus haute distinction de la discipline, la fameuse médaille Fields, sauf lui, qui vient de recevoir une invitation pour se rendre en Finlande pour passer une semaine avec un génie des mathématiques… Heureusement qu’Abel aime voyager !

 

Vendredi 2 juillet

Ecrit à l’origine pour sa fille Naomi King qui ne montrait guère d’intérêt pour l’oeuvre de son génie de père, ce roman de Stephen King est probablement sa seule contribution au genre Fantasy : un sombre et malveillant magicien, le conseiller Flagg préside secrètement aux destinées du royaume de Delain. Lorsque le roi Robert meurt, il écarte de la succession son fils aîné Peter, bien trop brave et droit pour accepter la tutelle d’un sorcier mal-intentionné, au profit de Thomas, le fils cadet du roi, plus faible et plus facile à manipuler…

 

Sibylle a 15 ans. Depuis son entrée au CP, elle bégaie, ce qui ne l’empêche pas d’être une excellente élève, très douée en dessin. Rien n’y a fait, ni les visites chez les orthophonistes ni l’aide de ses parents qui l’entourent avec affection.
Alors que son orientation de fin de troisième doit bientôt se décider, Sibylle se révolte soudain contre ses parents qui souhaitent qu’elle fasse des études longues, et impose son désir : elle deviendra tailleuse de pierre.

Pitch fauché sur Lirado !

 

Par l’auteure allemande Cornelia Funke, célèbre pour son best-seller Coeur d’encre et la suite, une belle brochette de bouquins dans le style dark fantasy pour les mômes. Amateurs de gargouilles, monstres baveux, sorcières maléfiques et autres créatures évoluant dans un univers parallèle au nôtre (et accessible depuis ton placard à balais avec la vieille clé rouillée qui gît derrière les serpillères), c’est rien que pour vous !

*

 

Petit arrivage de trucs commandés au mois de mars et qui n’ont pas eu besoin de traverser le grand océan sur les felouques des éditeurs parce que les libraires du 974 les avaient en stock !

Mardi 27 avril

Encore un excellent livre de plus dans la collection A la loupe de chez Larousse jeunesse : les armes des prédateurs, les stratégies des proies pour leur échapper, des focus sur certaines familles d’animaux emblématiques comme les félins, les ours ou les requins, des textes clairs et concis et surtout, de magnifiques illustrations… A découvrir dans ton CDI de la 6e à la 3e !

 

Malgré son aspect enfantin et un personnage d’apiculteur incarné par un mignonnet petit ourson, voici un documentaire exhaustif sur les abeilles et l’apiculture… Exhaustif ? euh, pas tout à fait ! On n’y trouvera rien sur la menace qui pèse sur ces indispensables pollinisateurs, leur possible extinction par la faute, notamment, des pesticides utilisés dans l’agriculture intensive… C’est p’têt pour pas affoler les bambins ?

 

Lundi 26 avril

La faune primitive d’il y a plus de 500 millions d’années, des bestioles étranges qui semblent venues d’une autre planète comme le Wiwaxia ou l’Hallucigenia, et puis le lent passage d’un certain nombre d’espèces sur la terre ferme, d’autres bestioles avec des noms à coucher dehors qui peu à peu, sortent le museau de l’eau, le Tiktaalik, l’Acanthostega, l’Ichthyostega, l’apparition des premiers dinosaures, il y a 220 millions d’années, le premier mammifère, un genre de souriceau avec un grand pif, le Megazostrodon pour les intimes, les premiers animaux volants dont le fameux Archaeopteryx qu’on dirait un poulet déplumé en plus agressif !
Enfin quoi, j’en suis qu’à la moitié du bouquin que je feuillette à vitesse grand V ! Et puis, après qu’une énorme météorite sonne le glas des dinosaures en frappant la péninsule du Yucatan il y a 66 millions d’années et des bananes, l’avènement des mammifères, qui jusque là restaient planqués dans les fougères. Et enfin… enfin… nos ancêtres à nous les humains. Non pas une espèce humaine, nous dit le bouquin, mais plusieurs : Australopithecus africanus, Homo habilis, Homo erectus, et aussi Homo floresiensis ou Homme de Florès et Neandertal
Ce beau livre richement illustré s’achève sur un dernier chapitre consacré à l’anthropocène, cette dernière ère où l’espèce humaine à son apogée devient capable de bouleverser la planète à un tel point qu’elle déclenche une sixème extinction de masse des espèces animales.
Bon, ok, c’est pas facile à lire, on ne va pas dire le contraire ! Mais quand même, ça vaut le coup d’oeil quelque soit votre âge, et sûrement plus que ça si vous êtes en troisième et que vous vous intéressez aux animaux, à la zoologie en particulier ou aux sciences en général. Si, si, j’insiste !

Vendredi 23 avril

On dirait bien que les éditeurs jeunesse sont doucement en train de comprendre un truc que les instites et les prof-e-s de français ont réalisé depuis déjà un paquet d’années : une forte proportion des enfants éprouvent des difficultés en lecture.
Du coup, si tu veux continuer à vendre des bouquins, ben va falloir s’adapter ! Nathan depuis deux trois ans propose aux dys divers et variés ce label intitulé dyscool (euh, c’est si cool que ça d’être dys ?). Bon, assez de mauvais esprit ! C’est joli, ça brille. Texte aéré avec certains mots en deux couleurs pour faciliter le déchiffrage. Z’ont sauté une ligne sur deux.
La rolls de la lecture facile quoi !
Niveau CE2-6ème…

Mardi 13 avril

L’éditeur Robert Laffont s’est fendu d’une superbe couverture Grand Siècle pour ce livre uchronique et fantasy écrit par un Victor Dixen au sommet de son art.
Le pitch est alléchant : Début du 18e siècle, royaume de France. Le roi Louis XIV continue de régner bien que décédé, sous la forme d’un vampire tout puissant, sur une société divisée en ordres : une haute noblesse constituée de vampires immortels, et trois castes de simples mortels assujettis à des règles strictes qu’ils ne sauraient enfreindre sans encourir la peine capitale. Parmi ces règles, l’obligation de verser chaque mois un dixième de son sang pour nourrir l’aristocratie et le monarque…

Par deux cadors de la bande dessinée réunionnaise, le scénariste Appollo et le dessinateur Téhem, un roman graphique qui évoque la Réunion des années 40 du 20e siècle et les élèves célèbres du lycée Leconte-de-Lisle de Saint-Denis à cette époque-là : les fortes têtes Jacques et Paul Vergès, le fayot de service Raymond Barre, et d’autres personnages plus ou moins imaginaires, décident d’entrer en résistance face aux représentants sur l’île du gouvernement de Vichy soumis aux nazis…

 

Lundi 12 avril

Un même illustrateur, François Roca, pour deux albums grand format : La malédiction de l’anneau d’or, avec un titre pareil, pas sûr que ça finisse bien, et une réécriture de Blanche-Neige. Ah, là, j’en entends qui ricanent dans les rangs. Ouah ouah m’sieur, hê ! On est trop vieux pour lire des contes de fées ! etc, etc. Ah bon ? Et bien moi je dis qu’on devrait interdire la lecture de Blanche-Neige aux enfants tellement elle est cruelle et féroce et sanguinaire, cette histoire de méchante marâtre rongée par la jalousie et l’orgueil qui s’en va tenter d’occire sa belle-fille par tous les moyens parce qu’elle a peur de devenir vieille et moche, et de perdre son royaume…
Parfaitement !

Vendredi 9 avril

 

Gaël Faye, enfant chéri des médias, slammeur émérite, a publié en 2016 des souvenirs d’enfance qui lui ont valu le prix Goncourt des lycéens. Ca se passe au Burundi dans les années 90, un petit pays où il faisait bon vivre, tout du moins pour les colons et les expatriés, jusqu’au moment où débute le génocide des Tutsis par les Hutus dans le Rwanda voisin… Douce torpeur d’un paradis fragile, aventures et maraudes entre gamins des beaux quartiers et des bas-fonds dans les rues et les jardins de la capitale, et puis soubresauts de l’Histoire qui s’emballe et s’engouffre dans leur petit monde.

Du même et mis en images par le réunionnais d’adoption Hippolyte, L’ennui des après-midi sans fin, un album, un CD-audio, une chanson à lire et à écouter sans se presser, allongé à l’ombre des filaos, un après-midi d’été austral…
Citation extraite de la postface de l’auteur : Enfant, j’ai eu la chance de m’ennuyer. Je n’avais pas école l’après-midi et chez moi à la maison pas d’écran ni de télévision. J’ai donc dû apprendre à déployer des trésors d’imagination pour m’inventer des jeux et des passe-temps […] L’ennui de mes après-midi d’enfance était un voyage où le temps m’appartenait, un espace où j’ai fabriqué d’immenses rêves, un monde sans commencement ni fin, comme une phrase qui s’achève par trois points de suspension…

On arrête la poésie là !!!

 

Pour celles et ceux qui aiment les histoires de princesses dans de jolies robes, les franfreluches et frou-frous, les princes charmants. Ca rappelle un peu La rose écarlate… entre manga à la française et disney channel mais quand même assez bien documenté question costumes et ambiance fin 17e siècle.

 

Ben moi quand j’étais jeune, je voulais être bassiste dans un groupe de punk-rock, mais après les goûts et les couleurs hein…
Deux livres documentaires en bande dessinée sur les métiers de la police et des pompiers. C’est dingue comme c’est varié ! Policiers avec des chiens, à cheval, à vélo ou en moto, cyber-police, police scientifique, le raid… Et les pompiers itou, dans les airs, sur terre, dans l’eau (salée ou douce)…
Par contre, y recrutent pas d’bassiste de punk !

 *

Et voilà que le Conseil général de la Réunion nous fait cadeau d’une palanquée de bouquins dont quelques rossignols, mais aussi de chatoyantes pépites que voici (au fur et à mesure de leur entrée dans notre catalogue…).

Vendredi 2 avril

Un troisième tome de la cultissime série Nèfsèt Kat, ça ne se refuse pas !

L’adaptation sous forme de livre documentaire d’un film consacré au célèbre pirate Olivier le Vasseur alias La Buse. Un peu épais mais écrit gros et bourré de photos issues du film, trognes de forbans et navires aux voiles déployées… Mais où qu’il est le trésor ?

 

Jeudi 1er avril

Le départ d’un père de famille réunionnais pour le front en 1914, raconté par l’historien Gilles Gauvin, le scénariste Jean-Marc Pécontal et le dessinateur David d’Eurveilher avec, quand on aime, on ne compte pas, un supplément documentaire sur La Réunion au moment de la Première Guerre mondiale.

 

Ouais, on va dire merci au Conseil général quand même hein (voir plus haut pour ceux qui n’ont pas lu le début) ! Y’a pas tromperie sur la marchandise avec cet excellent documentaire consacré à la biodiversité dans le 974. Belle présentation, contenu concis mais exhaustif, de l’info sur les différents milieux et écosystèmes de l’île, les bestiaux, les plantes, endémiques ou pas (on fait pas d’jaloux…). Top ! Austral Ed. rivalise avec les plus grands éditeurs pour la jeunesse de métropole !

*

Cela faisait longtemps que nous n’avions point causé des nouveautés du CDI. Nous avons eu à traiter de conséquentes livraisons de DVD, docus, bandes dessinées, fictions diverses et variées quasiment d’un seul coup : une conséquence de plus engendrée par le grand méchant virus. Tandis qu’en métropole, éditeurs et libraires baissaient le rideau, les bateaux se perdaient en mer, les marchandises étaient bloquées au port… Et puis d’un seul coup, tout s’est décoincé, et nous voilà avec sur les bras moult cartons emplis jusqu’au couvercle de tous les ouvrages que nous attendions si impatiemment. Relève tes manches, vaillant petit documentaliste !
Autant le dire tout de suite, cet article consacré à nos nouveautés ne sera point exhaustif. Par contre, il sera perpétuellement remis à jour, au gré des arrivages. Pêle-mêle et dans le plus complet désordre donc…

Si les vignettes des livres ont disparu, c’est que l’accès au serveur contenant le catalogue du CDI est fermé (ça arrive pendant les vacances !)…

 

Lundi 1er mars

La discrimination sexuelle, de Lucy, la mère de l’humanité jusqu’à nos jours… Et aussi les combats et les enjeux d’aujourd’hui en matière de condition féminine et d’égalité des sexes… Un livre exhaustif à lire à partir de la 4ème.

Ca virevolte, ça vrombit, ça vibrionne, ça rampe ou ça vole dans ce livre cartonné et plein de petits volets qui s’ouvrent et se referment, de la collection Fenêtre sur…

 

Vendredi 26 février

Trois nouveaux titres de la collection Ton atelier Scratch sont arrivés au CDI… Du boulot pour les programmeurs en herbe !

Racontés par Lilian Thuram et illustrés par Qu Lan, la vie et le combat de Nelson Mandela à portée de nos lecteurs dès la 6ème. J’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur, mais le fait de triompher d’elle disait le grand homme…

 

Les biographies de 40 héros de la Résistance contre les nazis, des hommes, des femmes, de toutes origines sociales, de toutes nationalités, qui ont eu le courage de faire face à l’idéologie la plus monstrueusement inhumaine de tous les temps.

Mardi 23 février

Deux nouveaux titres de la collection Questions ? Réponses ! pour ceux qui aiment l’histoire avec un grand H à découvrir du côté des documentaires à partir de la 6ème, et même si c’est pas au programme !

 

Lundi 22 février

Toni a flashé sur les chaussures de son héros préféré : Renato Flash le footballeur. Persuadé qu’il lui faut les mêmes pour devenir un pro du ballon, Toni tente de convaincre sa mère de les lui acheter et devant son refus, tente de décrocher un petit boulot : distribuer des flyers, faire de la musique de rue, promener un chien… C’est pas gagné pour Toni !

 

Douzième tome de cette interminable série que ton grand-père lisait déjà quand il était au collège, et qu’on finit même par se demander si le seul objectif de ses auteurs ne serait point de faire carillonner le tiroir-caisse ?

Mardi 16 février

A lire de toute urgence, cette série d’heroic fantasy gentille pour les mioches. Mei, une petite fille armée d’une harpe magique est poursuivie par les sbires du Roi Sorcier, un méchant monarque qui a plongé le royaume de Satrapie dans le noir en faisant disparaître les étoiles et interdit la musique. Ca vous changera des Légendaires !

 

Prenons de la hauteur avec ce livre documentaire écrit et surtout dessiné par un artiste designer de renom, Didier Cornille, dont on peut consulter les ouvrages pour enfants consacrés à l’architecture disponibles au cdi en cliquant sur la vignette du bouquin ci-dessus…

 

Lundi 15 février

Une transposition rigolote dans une cour de récréation des aventures du célèbre chevalier de la Table ronde, dédiée par ses auteurs aux princesses méconnues et aux chevaliers qui s’ignorent !

 

Un roman graphique pour les enfants, une grosse bande dessinée en petit format quoi ! On est aux Etats-Unis, et la petite Véra, qui arrive de Russie, éprouve bien de la peine à se faire accepter par ses camarades de classe. Alors elle se dit qu’un séjour en colonie de vacances pourrait arranger les choses… A la fin du livre, largement autobiographique, l’auteur, Vera Brosgol, s’exprime : … Mon intention était de raconter un été difficile et solitaire, comme j’en ai vécu dans mon enfance…

 

Vendredi 12 février

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours détesté le foot. D’abord et avant tout (vous permettez que je vous raconte ma vie ?) parce que j’étais nul en sport et particulièrement dans les sports de ballon ! Tant et si bien que dans la cité où j’habitais, quand les capitaines choisissaient les membres des deux équipes qui allaient s’affronter sur le terrain vague en face des parkings, ben y’en avait toujours deux qui restaient sur le carreau : Un petit gros, et moi. Même que des fois, c’était le petit gros qu’on désignait avant ! Comprend-on mieux pourquoi j’exècre le foot et quel effort il me faut accomplir pour acheter un bouquin intitulé Les plus grands buteurs de l’histoire du football ? Ah la la, qu’est-ce que je ferais pas pour faire plaisir aux marmailles !

 

Toujours au rayon Manga, le premier tome d’une nouvelle saga avec pour cadre le Japon ancien et ses légendes. Ceux qui ont aimé Princesse Mononoké, nous dit-on sur le site Manga-News.com, seront séduits par l’univers de Ken’en

 

Mardi 9 février

Un jeune étudiant féru de légendes urbaines réalise que les membres de son entourage perdent la mémoire. La faute à une étrange créature qui se nourrit des souvenirs des gens… Une histoire fantastique et sentimentale en deux volumes seulement !

 

Suivez la voie du Sabre en compagnie de Kenshin le vagabond !

Lundi 8 février 2021

Il ne faut pas avoir peur de ce gros livre ! Pages épaisses, grands caractères, illustrations nombreuses (et fort belles !), c’est un bel ouvrage qui nous conte en un langage accessible à tous les aventures des plus célèbres des héros grecs… Hercule, Ulysse, Icare et Dédale, Thésée, Jason. Que des bonshommes avec des gros biceps quoi !

 

Au dessus de Val-de-l’Aube se dresse le Barrage : une immense muraille de bois coiffée d’un moulin. Lui seul tient à distance les brumes mortelles qui ont englouti le reste du monde. Depuis la mort de mon père, je suis responsable du Barrage. Une bien grande responsabilité pour un petit garçon. Mais telle est ma mission. Je m’appelle Pierre. Je suis le veilleur des Brumes.
A lire dès la 6ème !

Vendredi 5 février 2021

Un bel ouvrage de vulgarisation scientifique illustré pleine page avec des textes courts sur la grande famille du vivant par Emily Sutton, so british !, et Nicola Davies

Dans un monde dans lequel les abeilles ont disparu, les enfants sont chargés de les remplacer, en pollinisant les fleurs à la main. Une histoire de science-fiction mais aussi une histoire d’amitié entre deux fillettes, Pivoine que sa mère a obligée à quitter la ferme familiale pour travailler en ville, et Esméralda, la fille de ses patrons…
Ce roman tendre mais évocateur d’un avenir menaçant qui pourrait bien se réaliser (voir par exemple le site de Greenpeace sur le thème d’une possible extinction des abeilles…), a reçu le prix du meilleur livre pour enfants et jeunes adultes en Nouvelle-Zélande, pays d’origine de son auteure, Bren MacDibble

Les gars de chez Casterman ont décidé de frapper un grand coup dans le domaine de la littérature de jeunesse qui te met bien les chocottes et le trouillomètre à zéro, avec cette nouvelle collection intitulée Hanté et quatre bouquins parus, aux titres évocateurs de sueurs froides nocturnes tous désormais présents dans les rayons de ton CDI.

 

Mardi 2 février 2021

Ecrit par Lilian Thuram, ancien footballeur professionnel et militant anti-racisme, Mes étoiles noires propose de brèves biographies de quelques oublié-e-s de l’histoire officielle, hommes et femmes politiques, militants et militantes, philosophes ou scientifiques qui ont pour point commun d’être noirs de peau…
A lire en troisième…

 

Il y a des animaux qu’il vaut mieux apprécier de loin. Même face à des bestiaux a priori sympathiques comme le casoar ou l’hippopotame, il convient de garder ses distances. Mais devinez un peu quel est le plus dangereux de tous les animaux ?
La réponse est dans ce livre écrit par Jean-Baptiste Panafieu et richement illustré par Benjamin Lefort et Lucie Rioland

 

A travers ces 50 icônes, de la dinde de Thangsgiving au pouce levé de Facebook, les auteurs de ce livre proposent une lecture originale de l’histoire des Etats-Unis. Manque juste la houpette de Donald Trump !

 

Trois nouveaux titres de la collection Flash Fiction font leur entrée sur les rayonnages du CDI. Cette collection accessible aux élèves dys fait appel à des auteurs jeunesse renommés et les livres sont testés par des enfants et des orthophonistes, nous dit la quatrième de couverture.
Retrouvez les autres titres présents au CDI en cliquant sur l’une des vignettes ci-dessus !

 

Lundi 1er février 2021

Namasté, ça veut dire bonjour en hindi, et voici le quatrième tome de cette série, dans lequel Mina et Pinta se lancent à la poursuite du Mande Baruna, un genre de yéti himalayen…

 

Une adaptation en bande dessinée de la série d’espionnage pour ados, Cherub de Robert Muchamore. C’était déjà un succès en roman, alors l’éditeur Casterman remet le couvert avec des cases et des bulles !

 

Plongez dans l’univers onirique et plein d’humour de Martin Desbat ! Partez dans une jungle bourrée d’animaux chimériques en compagnie du Chasseur et de Sancho, son fidèle serviteur : un duo irrésistible mais qui revient souvent bredouille !

 

Rayon romans animaliers pour lecteurs et lectrices en herbe, pas plus de 90 pages au compteur. Le chat Hercule prend en charge les affaires que les humains ne sont pas assez futés pour résoudre : vol de poules, rapt de chien de concours, fantôme qui rôde, etc… Par Christian Grenier, auteur pour la jeunesse multi-cartes, le gars qui sait tout écrire, romans d’amour, polar, science-fiction, fantastique…

 

A ma gauche, Vlad le pire vampire du monde. C’est un gentil qui ne se sent pas trop motivé pour faire le job… A ma droite, le vrai Vlad. A part ça, le bouquin d’Anna Wilson brille dans le noir !

Les commentaires sont fermés.